European Central Bank - eurosystem
Options de recherche
Page d’accueil Médias Notes explicatives Recherche et publications Statistiques Politique monétaire L’euro Paiements et marchés Carrières
Suggestions
Trier par

Notre réponse face à la pandémie de coronavirus

Les périodes exceptionnelles exigent des mesures exceptionnelles ! Notre engagement en faveur de l’euro est sans limites.

Christine Lagarde, présidente de la BCE

Nous avons, à la BCE, mis en place une série de mesures de politique monétaire et de supervision bancaire visant à atténuer l’incidence de la pandémie de coronavirus sur l’économie de la zone euro et à soutenir tous les citoyens européens.

Notre réponse face à la pandémie de coronavirus

Nos mesures de soutien à l’économie de la zone euro

Aider l’économie à absorber le choc de la crise actuelle

Maintenir les emprunts à un coût abordable

Faciliter l’accès au crédit pour les entreprises et les ménages

Veiller à ce que des préoccupations de court terme n’entravent pas les prêts

Accroître la capacité de prêt des banques

Préserver la stabilité financière par la coopération internationale

Aider l’économie à absorber le choc de la crise actuelle

Le programme d’achats d’urgence face à la pandémie (Pandemic Emergency Purchase Programme, PEPP), à hauteur de 1 850 milliards d’euros, vise à réduire les coûts d’emprunt et à accroître les prêts dans la zone euro, ce qui devrait aider les citoyens, les entreprises et les gouvernements à accéder aux fonds dont ils peuvent avoir besoin pour surmonter la crise. Ce programme, à travers lequel nous acquérons différents types d’actifs, complète les programmes d’achats d’actifs que nous avons mis en place depuis 2014.

En achetant directement des obligations aux banques, par exemple, nous libérons plus de fonds qu’elles peuvent prêter aux ménages et aux entreprises. Nous pouvons aussi acquérir des obligations d’entreprises, ce qui leur fournit une nouvelle source de crédit. Ces deux types d’achats d’actifs concourent à stimuler les dépenses et l’investissement, afin de soutenir la croissance économique.

Communiqué de presse : Décisions de politique monétaire du 10 décembre 2020 Communiqué de presse : Décisions de politique monétaire du 4 juin 2020Communiqué de presse : La BCE annonce un programme d’achats d’urgence face à la pandémie de 750 milliards d’eurosNote explicative : Comment fonctionne l’assouplissement quantitatif ?

Maintenir les emprunts à un coût abordable

Ayant maintenu nos taux d’intérêt directeurs à des niveaux historiquement bas, les coûts d’emprunt restent faibles.

Nos taux directeurs influencent le coût des prêts. Lorsque les taux sont peu élevés, il est plus facile pour les ménages et les entreprises de contracter un emprunt, ce qui devrait favoriser les dépenses et l’investissement.

Taux d’intérêt directeurs de la BCE

Faciliter l’accès au crédit pour les entreprises et les ménages

Nous avons accru le montant des liquidités que les banques peuvent emprunter chez nous et nous avons facilité les emprunts spécialement destinés à ce qu’elles accordent des prêts à ceux qui sont le plus durement frappés par la propagation du coronavirus, notamment les petites et moyennes entreprises. Ainsi, nous avons assoupli nos critères concernant les garanties que les banques peuvent nous fournir en échange des prêts que nous leur accordons, en allongeant temporairement la liste des actifs qu’elles peuvent utiliser à cet effet et en étant moins stricts quant à la mesure que nous appliquons pour évaluer ces actifs (appelée « décote »).

Communiqué de presse : La BCE prolonge son soutien aux banques qui prêtent à l’économie réelle via des opérations de prêt cibléesCommuniqué de presse : La BCE prolonge les opérations de refinancement à plus long terme d’urgence face à la pandémieCommuniqué de presse : La BCE annonce de nouvelles opérations de refinancement à plus long terme d’urgence face à la pandémieCommuniqué de presse : La BCE recalibre ses opérations de prêt ciblées afin de soutenir encore davantage l’économie réelleCommuniqué de presse : La BCE annonce un assouplissement des conditions des nouvelles opérations de refinancement à plus long terme ciblées (TLTRO III)Communiqué de presse : La BCE annonce un ensemble de mesures temporaires d’assouplissement des garantiesNote explicative : Qu’est-ce qu’une garantie ? Note explicative : Que sont les décotes ?

Veiller à ce que des préoccupations de court terme n’entravent pas les prêts

En période de forte incertitude, il peut être plus difficile pour les banques de se procurer des fonds suffisants pour couvrir leurs besoins à court terme. Notre objectif est de contribuer à atténuer les difficultés de financement temporaires des établissements solvables en leur fournissant des possibilités d’emprunt immédiat à des taux favorables. Les banques peuvent ainsi continuer d’accorder des prêts aux citoyens et aux entreprises fragilisés.

Communiqué de presse : La BCE annonce des mesures de soutien aux conditions de la liquidité bancaire et à l’activité du marché monétaire

Accroître la capacité de prêt des banques

Nous sommes temporairement moins stricts sur le montant de fonds propres que nous demandons aux banques de détenir comme coussins en vue de crises. Nous leur laissons également plus de flexibilité en ce qui concerne les calendriers, délais et procédures de surveillance prudentielle.

Grâce à toutes ces mesures, nous aidons les banques de la zone euro à se concentrer sur leur rôle essentiel de prêteurs en cette période exceptionnelle. Nous attendons qu’elles utilisent l’ensemble des fonds libérés pour absorber les pertes et soutenir l’économie, et qu’elles ne versent pas de dividendes.

Communiqué de presse : La supervision bancaire de la BCE décide un allègement temporaire des exigences de fonds propres et des contraintes opérationnelles en réaction au coronavirusCommuniqué de presse : La supervision bancaire de la BCE offre davantage de flexibilité aux banques en réaction au coronavirusCommuniqué de presse : La BCE demande aux banques de ne pas verser de dividendes au moins jusqu’en octobre 2020La supervision bancaire de la BCE

Préserver la stabilité financière par la coopération internationale

Les banques centrales du monde entier détiennent des réserves de devises autres que leur propre monnaie. En effet, les banques commerciales mènent aussi des transactions dans ces devises et, de ce fait, ont parfois besoin de prêts en monnaies étrangères pour la conduite de leurs activités quotidiennes.

En période de forte incertitude, la demande d’avoirs en devises de la part de leurs clients peut augmenter. Si les banques ne disposent pas de suffisamment de réserves de change pour répondre à cette demande accrue, les marchés peuvent devenir instables. Aussi, les banques centrales ont conclu ce qu’on appelle des « accords de swap de devises », par lesquels elles peuvent échanger des devises entre elles et couvrir les besoins supplémentaires.

Nous avons récemment réactivé des lignes de swap et renforcé celles qui existaient avec les banques centrales du monde entier en réaction à la situation de crise actuelle.

Communiqués de presse et autres informations sur les accords de swap Note explicative : Qu’est-ce qu’un accord de swap de devises ?
Rester à la pointe des connaissances

Regardez nos séminaires de recherche sur le coronavirus

La recherche permet de livrer de nouveaux combats. Nous invitons donc des universitaires de premier plan dans les domaines de l’économie, de l’épidémiologie, de la démographie, de la finance et des politiques publiques à partager leurs idées sur la crise et les implications de la pandémie pour les banques centrales au cours des séminaires en ligne de la BCE sur la COVID-19.

Nos webinaires COVID-19 sur YouTubeConférences et séminaires à venir
Vous souhaitez obtenir des informations récentes sur la pandémie de coronavirus ?
20 September 2022
SPEECH
Karl Otto Pöhl Lecture by Christine Lagarde, President of the ECB, organised by Frankfurter Gesellschaft für Handel, Industrie und Wissenschaft
English
OTHER LANGUAGES (3) +
15 September 2022
WORKING PAPER SERIES - No. 2720
Details
Abstract
This paper investigates the impact of the capital relief package adopted to support euro area banks at the outbreak of the COVID-19 pandemic. By leveraging confidential supervisory and credit register data, we uncover two main findings. First, capital relief measures support banks' capacity to supply credit to firms. Second, not all measures are equally successful. Banks adjust their credit supply only if the capital relief is permanent or implemented through established processes that foresee long release periods. By contrast, discretionary relief measures are met with limited success, possibly owing to the uncertainty surrounding their capital replenishment path. Moreover, requirement releases are more effective for banks with a low capital headroom over requirements and do not trigger additional risk-taking. These findings provide key insights on how to design effective bank capital requirement releases in crisis time.
JEL Code
E61 : Macroeconomics and Monetary Economics→Macroeconomic Policy, Macroeconomic Aspects of Public Finance, and General Outlook→Policy Objectives, Policy Designs and Consistency, Policy Coordination
G01 : Financial Economics→General→Financial Crises
G18 : Financial Economics→General Financial Markets→Government Policy and Regulation
G21 : Financial Economics→Financial Institutions and Services→Banks, Depository Institutions, Micro Finance Institutions, Mortgages
9 September 2022
WORKING PAPER SERIES - No. 2717
Details
Abstract
The COVID-19 crisis has affected economic sectors very heterogeneously, with possible risks for permanent losses in some sectors. This paper presents a sectoral-level, bottom-up method to estimate euro area potential output in order to assess the impact of the crisis on it. The estimates are based on a supply-demand shock decomposition and are meant to quantitatively support the estimation of scarring effects stemming from the pandemic. The results show that sectors of “trade, transport and accommodation”, “other services” and “industry” may suffer a loss in trend output of around 1.4-1.6% by 2025. Aggregate potential output in 2025 might be about 0.8% lower than it would have been without the crisis, and importantly, without support from the Next Generation EU (NGEU), signalling somewhat larger losses than embedded in the Autumn 2021 forecast of the European Commission (which takes the NGEU into account).
JEL Code
C32 : Mathematical and Quantitative Methods→Multiple or Simultaneous Equation Models, Multiple Variables→Time-Series Models, Dynamic Quantile Regressions, Dynamic Treatment Effect Models, Diffusion Processes
D24 : Microeconomics→Production and Organizations→Production, Cost, Capital, Capital, Total Factor, and Multifactor Productivity, Capacity
E32 : Macroeconomics and Monetary Economics→Prices, Business Fluctuations, and Cycles→Business Fluctuations, Cycles
E37 : Macroeconomics and Monetary Economics→Prices, Business Fluctuations, and Cycles→Forecasting and Simulation: Models and Applications
27 August 2022
SPEECH
Speech by Isabel Schnabel, Member of the Executive Board of the ECB, at the Jackson Hole Economic Policy Symposium organised by the Federal Reserve Bank of Kansas City, Jackson Hole, Wyoming
25 August 2022
INTERVIEW
Interview with Christine Lagarde, President of the ECB, conducted by Morgane Miel on 13 July 2022 and published on 25 August 2022
English
OTHER LANGUAGES (1) +
Select your language

Vous voulez en savoir plus ?

Nous sommes à votre service. N’hésitez pas à nous envoyer vos questions à :