Pièces commémoratives de 2 euros

Chaque pays peut émettre deux pièces commémoratives par an. Ces pièces possèdent les mêmes caractéristiques et les mêmes propriétés que les pièces de 2 euros courantes, et leurs faces communes respectives sont identiques. La seule différence est le dessin commémoratif illustrant leur face nationale. Seule la pièce de 2 euros peut faire l’objet d’une émission commémorative.

Les pièces commémoratives ont cours légal dans l’ensemble de la zone euro. Cela signifie qu’elles peuvent être utilisées – et doivent être acceptées – comme n’importe quelle autre pièce en euros.

En général, ces pièces commémorent un événement historique ou sont dédiées à un événement actuel d’une grande portée historique. La première pièce commémorative de 2 euros a été émise en 2004 par la Grèce pour commémorer les Jeux olympiques d’Athènes.

La conception et l’émission des pièces relèvent de la compétence des pays de la zone euro. La BCE doit approuver le volume maximum de pièces courantes et de pièces commémoratives que chaque pays de la zone euro peut émettre.

Pièces émises conjointement par l’ensemble des pays de la zone euro

Face commune de la pièce commémorative de 2 euros en 2012 pièce deFace commune de la pièce commémorative de 2 euros en 2012mmémorative commune de la pièce de 2 euros en 2012 Face commune de la pièce commémorative de 2 euros en 2009 pièce deFace commune de la pièce commémorative de 2 euros en 2009mmémorative commune de la pièce de 2 euros en 2009 Face commune de la pièce commémorative de 2 euros en 2007 pièce deFace commune de la pièce commémorative de 2 euros en 2007mmémorative commune de la pièce de 2 euros en 2007

Trois pièces commémoratives ont été émises conjointement :

  1. en mars 2007 pour commémorer le cinquantième anniversaire du traité de Rome,
  2. en janvier 2009 pour célébrer le dixième anniversaire de l'Union économique et monétaire,
  3. et en janvier 2012 pour commémorer les dix ans des billets et pièces en euros.

En règle générale, chaque pays de la zone euro ne peut émettre que deux pièces commémoratives en euros par an. À titre exceptionnel, un pays participant peut être autorisé à en émettre une troisième, à condition qu’il s’agisse d’une émission commune commémorant un événement important à l’échelle européenne.

Ces pièces présentent un dessin commun sur la face nationale, comportant le nom du pays d’émission et évoquant l’événement commémoré dans la (ou les) langue(s) nationale(s).

 

Émissions annuelles de pièces commémoratives

Exemple d'une face de pièce de 2 euros commémorativeuros commExemple d'une face de pièce de 2 euros commémorativece de pièce de 2 euros commémorative Exemple d'une face de pièce de 2 euros commémorativeuros commExemple d'une face de pièce de 2 euros commémorativece de pièce de 2 euros commémorative Exemple d'une face de pièce de 2 euros commémorativeuros commExemple d'une face de pièce de 2 euros commémorativece de pièce de 2 euros commémorative Exemple d'une face de pièce de 2 euros commémorativeuros commExemple d'une face de pièce de 2 euros commémorativece de pièce de 2 euros commémorative Exemple d'une face de pièce de 2 euros commémorativeuros commExemple d'une face de pièce de 2 euros commémorativece de pièce de 2 euros commémorative
 
 

Mise à jour du site Internet présentant les pièces commémoratives de 2 euros

À la différence des billets, l'émission des pièces en euros reste une compétence des autorités nationales et non de la BCE.

Si un pays de la zone euro a l’intention d’émettre une pièce commémorative de 2 euros, il doit informer la Commission européenne. Il n’est pas tenu de faire part de son projet à la BCE. La Commission publie les informations au Journal officiel de l’Union européenne (série C).

Le Journal officiel de l’UE est la source faisant autorité que la BCE utilise pour mettre à jour son site Internet consacré aux pièces en euros. La procédure de notification, la traduction dans vingt-trois langues et les délais de publication retardent inévitablement la diffusion des informations. Dès lors, il n’est pas toujours possible de mettre à jour le site Internet de la BCE aussi rapidement que les utilisateurs le souhaiteraient.