La production et les stocks de billets

La production des billets en euros est le fruit d’un travail en commun des banques centrales nationales et de la BCE. Tout commence par une évaluation des besoins annuels de billets. Un nombre suffisant de nouveaux billets doivent être imprimés pour remplacer les coupures usagées, répondre aux hausses anticipées de la demande d’espèces, dues aux pics saisonniers par exemple, et faire face aux augmentations imprévues de la demande. Les prévisions de demande de billets en euros pour l’année à venir fournies par les banques centrales nationales (BCN) sont agrégées par la BCE. Les BCN redistribuent ces billets, sous le contrôle de la BCE, pour éviter toute pénurie ou un excédent d’une ou plusieurs coupures dans un pays.

Impression des billets

Par souci d’efficacité, l’impression des billets est répartie entre les différentes BCN. La BCE alloue des volumes de production à plusieurs BCN qui fournissent donc une certaine proportion de la production annuelle totale d’une ou plusieurs coupures. La banque centrale concernée prend en charge les coûts de production au titre de la part qui lui a été allouée. C’est ainsi, par exemple, que les BCN d’Allemagne, de France et d’Italie ont produit un total de 1,7 milliard de billets de 50 euros en 2017.

Onze imprimeries européennes hautement sécurisées produisent les billets. Les billets sont ensuite distribués aux différentes BCN.

Grâce à cet accord de mise en commun de la production et d’un système commun de gestion de la qualité, tous les billets en euros sont produits selon une norme identique. Tout au long du processus de production, des centaines de tests, manuels ou automatisés, sont menés pour vérifier que les coupures sont identiques indépendamment du lieu d’impression.

Comme ceux de la première série, les billets en euros de la série « Europe » sont imprimés sur du papier à base de fibres de pur coton, ce qui leur donne cette sonorité craquante particulière et une meilleure résistance à l’usure. Certains signes de sécurité, tels que le filigrane et le fil de sécurité, sont intégrés dans le papier.

Différents types de plaques, des encres spéciales et plusieurs techniques d’impression sont utilisés : l’offset, la taille-douce, un processus de transfert à chaud pour l’hologramme et la sérigraphie pour le nombre à couleur changeante.

Le stock stratégique de l’Eurosystème

L’Eurosystème dispose de stocks logistiques et d’un stock stratégique de billets. Grâce aux stocks logistiques, il est possible de répondre à la demande de billets dans des circonstances normales et de

  • remplacer les billets impropres à la circulation (en mauvais état) lorsqu’ils remontent vers la banque centrale ;
  • faire face à une progression attendue de l’encours en circulation ;
  • répondre aux fluctuations saisonnières de la demande ; et
  • optimiser le transfert des billets entre les succursales des banques centrales.

Le stock stratégique peut être utilisé dans des circonstances exceptionnelles, c’est-à-dire si les stocks logistiques au sein de l’Eurosystème sont insuffisants pour faire face à une hausse inattendue de la demande de billets ou en cas d’interruption soudaine de l’approvisionnement.

Les stocks logistiques et stratégique permettent aux banques centrales nationales de gérer à tout moment une variation de la demande de billets, que celle-ci émane de l’un des pays de la zone euro ou d’un pays situé en dehors de la zone.

Vous manipulez des espèces à titre professionnel ? Voici tous nos supports d’information sur les billets en euros.