Quelle est la différence entre taux d'intérêt nominal et taux d'intérêt réel ?

25 mai 2016

Le taux d'intérêt représente le coût du crédit ou le rendement de l'épargne. Lorsque vous empruntez auprès d'une banque, le taux d'intérêt est le coût de ce prêt. Quand vous épargnez auprès d'une banque, l'intérêt est le rendement que vous procure votre épargne.

Les économistes font la différence entre taux d'intérêt « nominal » et « réel », mais quelle est la différence, et pourquoi est-elle importante ?

Le taux d'intérêt nominal est le taux convenu et payé. C'est, par exemple, le taux que les propriétaires d'un bien immobilier paient sur leur crédit hypothécaire ou le taux qu'une banque verse aux épargnants sur leurs dépôts. Les emprunteurs paient le taux d'intérêt nominal et les épargnants perçoivent ce taux.

Toutefois, outre le montant nominal payé ou perçu, ce qui compte également pour les emprunteurs et les épargnants, c'est la quantité de biens, services ou autres qu'ils peuvent acquérir avec leur argent. C'est ce que les économistes appellent le pouvoir d'achat de l'argent. Or, celui-ci diminue généralement avec le temps en raison de la hausse des prix, aussi appelée inflation.

C'est en déduisant cette perte de pouvoir d'achat de l'intérêt nominal payé ou reçu que l'emprunteur ou l'épargnant peut déterminer les intérêts réels qu'il a payés ou perçus sur son prêt ou sur son épargne.

Exemple

Un épargnant dépose 1 000 euros sur un compte pendant une année et reçoit un taux d'intérêt nominal de 2,5 %. Il dispose donc de 1 025 euros après un an. Si, cependant, les prix augmentent de 3 % pendant cette même année, il aura besoin de 1 030 euros pour acquérir les mêmes biens ou services qui lui auraient coûté 1 000 euros un an plus tôt. Dans ce cas, le rendement réel de cette épargne aurait donc en fait été négatif (-0,5 %). Tel est le taux d'intérêt réel, calculé en déduisant le taux d'inflation (3 %) du taux d'intérêt nominal (2,5 %).

Taux d’intérêt nominal et réel des dépôts bancaires à court terme dans les pays de la zone euro

(en pourcentage)

Sources : Eurostat, BCE, BCN, estimations de la BCE