Les éléments graphiques

Les motifs architecturaux

Le graphisme de la série « Europe » se base sur le même thème « Époques et styles architecturaux » que la première série. Néanmoins, les nouveaux billets ont été modifiés afin de leur donner une nouvelle apparence et intégrer de nouveaux signes de sécurité améliorés, ce qui permet en outre de faire facilement la distinction entre les deux séries.

C’est un graphiste indépendant de Berlin, Reinhold Gerstetter, qui a été choisi pour repenser le graphisme des billets.

Au recto des billets en euros des deux séries, on peut voir des fenêtres et des portails symbolisant l’esprit d’ouverture et de coopération qui règne au sein de l’Union européenne. Les ponts représentés au verso symbolisent le lien qui unit non seulement les peuples européens entre eux, mais aussi l’Europe avec le reste du monde.

Comme pour la première série, les billets de la série « Europe » évoquent les styles architecturaux caractérisant différentes périodes de l’histoire européenne, mais ils ne présentent aucun monument ou pont existant réellement. Les styles architecturaux sont les suivants :

  • 5 euros : classique
  • 10 euros : roman
  • 20 euros : gothique
  • 50 euros : Renaissance
  • 100 euros : baroque et rococo
  • 200 euros : architecture « verre et acier » du XIXe siècle

La carte de l’Europe

Une représentation géographique de l’Europe figure au verso des billets en euros des deux séries. La série « Europe » montre une carte modifiée de l’Europe, sur laquelle se trouvent Malte et Chypre. Les petits encadrés imprimés près de la bordure, au bas du billet, montrent les îles Canaries et certains territoires français d’outre-mer qui utilisent également l’euro. Les très petites îles n’apparaissent pas car l’impression offset sur de gros volumes ne permet pas de les représenter avec précision.

Quels territoires sont représentés dans l’encadré figurant près de la carte de l’Europe sur les billets en euros ?

Couleurs

Chaque billet est d’une couleur bien spécifique. Les valeurs de la série « Europe » ont les mêmes couleurs que celles de la première série, c’est-à-dire gris pour le billet de 5 euros, rouge pour celui de 10 euros, bleu pour celui de 20 euros, orange pour celui de 50 euros, vert pour celui de 100 euros et jaune pour celui de 200 euros.

Les autres éléments graphiques sont :

  • le nom de la monnaie – euro – apparaît à la fois en caractères romains (EURO) et grecs (EYPΩ) pour la première série ; sur les billets de la série « Europe », le nom de la monnaie apparaît également en caractères cyrilliques (EBPO), du fait de l’adhésion de la Bulgarie à l’Union européenne (UE) ;
  • les initiales de la Banque centrale européenne dans neuf langues pour les nouveaux billets de 5, 10 et 20 euros, et dans dix langues pour les nouvelles coupures de 50, 100 et 200 euros, prenant en compte l’adhésion de la Croatie à l’UE en 2013. Les abréviations sont disposées selon l’ordre protocolaire de l’UE applicable aux pays et aux langues officielles :
    • BCE (espagnol, français, italien, portugais, roumain)
    • ECB (anglais, danois, letton, lituanien, néerlandais, slovaque, slovène, suédois, tchèque)
    • ЕЦБ (bulgare)
    • EZB (allemand)
    • EKP (estonien, finnois)
    • EKT (grec)
    • ESB (croate)
    • EKB (hongrois)
    • BĊE (maltais)
    • EBC (polonais) ;
  • le symbole © des droits d’auteur ; et
  • le drapeau de l’UE.

Comme pour la première série de billets, après consultation des utilisateurs déficients visuels pendant la phase de conception de la série « Europe », des signes de sécurité spécifiques ont été intégrés dans le graphisme définitif.

Signatures

Chaque billet porte la signature de Willem F. Duisenberg, Jean-Claude Trichet ou Mario Draghi, respectivement le premier, le deuxième et le troisième président de la Banque centrale européenne. Ces billets sont tous valides.

Qui a signé ce billet ?

Willem F. Duisenberg

Qui a signé ce billet ?

Jean-Claude Trichet

Qui a signé ce billet ?

Mario Draghi

Les numéros de série sur les billets de la série «Europe »

Sur les billets de la nouvelle série, le numéro de série de chaque coupure est constitué de deux nombres imprimés au verso : un nombre horizontal imprimé en noir et un nombre vertical imprimé dans une autre couleur.

Le nombre horizontal comprend deux lettres et dix chiffres. La première lettre indique l’imprimerie (voir la liste ci-dessous). La deuxième lettre n’a pas de signification particulière et permet uniquement de multiplier les combinaisons possibles.

Lettres désignant les imprimeries
Banque nationale de Belgique Z
Banque de Grèce Y
Giesecke & Devrient GmbH (Munich) X
Giesecke & Devrient GmbH (Leipzig) W
IMBISA V
Banque de France U
Banque centrale d’Irlande T
Banque d’Italie S
Bundesdruckerei GmbH R
Joh. Enschede Security Printing BV P
Oesterreichische Banknoten und Sicherheitsdruck GmbH N
Valora M
Lettre non utilisée L
Lettre non utilisée K
De La Rue Currency (Gateshead) J
De La Rue Currency (Loughton) H
Lettre non utilisée G
Lettre non utilisée F
Oberthur Fiduciaire E
Polska Wytwórnia Papierów Wartościowych D
Lettre non utilisée C
Lettre non utilisée B
Lettre non utilisée A

Codes pays figurant sur la première série des billets

La banque centrale en charge de la production d’une coupure (mais pas nécessairement le pays où celle-ci est produite) est désignée par une lettre ou un code pays qui précède le numéro de série (voir ci-dessous).

Ce billet, qui porte la lettre « S », a été imprimé pour la Banque d’Italie. Les codes pays sont répertoriés ci-dessous.

Codes pays
¹ Les billets en euros émis par la Banque centrale du Luxembourg et qui n’ont pas encore été mis en circulation portent le code des banques centrales des pays où sont produits les billets pour le Luxembourg.
Belgique Z
Allemagne X
Estonie D
Irlande T
Grèce Y
Espagne V
France U
Italie S
Chypre G
Lettonie
Lituanie B
Luxembourg ¹
Malte F
Pays-Bas P
Autriche N
Portugal M
Slovénie H
Slovaquie E
Finlande L