Options de recherche
Home Médias Notes explicatives Recherche et publications Statistiques Politique montaire L‘euro Paiements et marchés Carrires
Suggestions
Trier par

L’émission et la circulation

La BCE et les banques centrales des pays de la zone euro sont habilitées à émettre des billets en euros. En pratique, seules les banques centrales nationales (BCN) procèdent à l’émission et au retrait physiques des billets (et des pièces) en euros. La BCE ne dispose pas de services de caisse et ne manipule aucunement les espèces. En ce qui concerne les pièces en euros, les émetteurs légaux sont les pays de la zone euro. La Commission européenne assure, au niveau de la zone euro, la coordination de toutes les opérations relatives aux pièces. Des informations complémentaires figurent sur le site Internet de la Commission européenne.

La BCE surveille les activités des BCN et contribue à approfondir l’harmonisation des services de traitement des espèces au sein de la zone euro, tandis que les BCN veillent au bon fonctionnement de leur système national de distribution de la monnaie fiduciaire. Celles-ci mettent en circulation les billets et les pièces par le biais du système bancaire et, dans une moindre mesure, par l’intermédiaire des commerçants. Ces opérations, qui n’entrent pas dans ses attributions, ne peuvent être menées par la BCE, car elle ne dispose pas des installations nécessaires (centres de distribution, unités de traitement des billets, chambres fortes, etc.).

Le nombre de billets en circulation n’a cessé d’augmenter depuis l’introduction de l’euro. Les billets de valeur faible ou intermédiaire sont les plus fréquemment utilisés pour les paiements quotidiens. Les grosses coupures, pour leur part, servent essentiellement comme réserve de valeur et pour les achats de montants élevés.

Circulation au sein de la zone euro

Les flux de billets (et de pièces) en euros au sein de la zone euro sont très importants, en raison principalement des échanges touristiques, des voyages d’affaires et des achats transfrontière. Avant l’introduction de l’euro, les billets nationaux circulaient également entre les pays, dans des proportions beaucoup plus faibles, et devaient ensuite être « rapatriés », principalement par le canal des banques commerciales, vers la banque centrale qui les avait émis. Avec l’euro, il n’est pas nécessaire de procéder à de telles opérations de rapatriement. Toutefois, étant donné que des volumes importants de billets en euros ne restent pas dans le pays où ils ont été émis et sont emportés dans d’autres pays de la zone euro, où ils servent à régler des achats, les banques centrales doivent les redistribuer entre elles afin d’éviter une pénurie de billets dans certains pays et un excédent dans d’autres. Ces transferts à grande échelle sont coordonnés de manière centralisée et financés par la BCE.

Des informations concernant le volume des coupures et des pièces en circulation dans la zone euro sont disponibles dans la section Statistiques.

Circulation en dehors de la zone euro

Les résidents de la zone euro ne sont pas les seuls utilisateurs des billets en euros. L’euro étant une monnaie internationale, certaines coupures quittent la zone euro et demeurent dans des pays tiers. Selon les estimations, entre 20 % et 25 % des billets en euros en circulation (en valeur) seraient détenus à l’extérieur de la zone euro, surtout dans les pays limitrophes. La hausse de la demande de billets en euros a été particulièrement forte dans les pays d’Europe de l’Est n’appartenant pas à l’Union européenne avec l’éclatement de la crise financière, en 2008, et la dépréciation de leurs monnaies nationales vis-à-vis de l’euro. Ces billets en euros demeurent en circulation, ce qui laisse à penser qu’ils sont conservés par des non-résidents de la zone euro.

La filière fiduciaire

Les billets suivent un parcours déterminé dans l’économie. Les banques commerciales les commandent auprès des banques centrales et les font circuler essentiellement à travers les distributeurs de billets. Les billets sont dépensés dans les magasins, sur les marchés, etc., puis déposés par les commerçants (entre autres) dans les banques. Celles-ci, ainsi que d’autres professionnels manipulant des espèces, les renvoient alors aux banques centrales nationales ou les remettent en circulation après avoir vérifié qu’ils sont authentiques et que leur état le permet. Apprenez-en plus sur le cycle de vie des billets en regardant le film ci-dessous.

Cycle de vie des billets en euros

L’organisation de la chaîne d’approvisionnement en espèces varie d’un pays à l’autre, notamment en fonction des facteurs suivants :

  • la structure de la banque centrale, y compris de son réseau de succursales
  • les banques commerciales et leurs réseaux d’agences
  • la législation nationale
  • les habitudes de paiement des consommateurs
  • les spécificités du secteur des entreprises de transport de fonds présentes sur les différents marchés
  • la géographie, l’histoire et les traditions de chaque pays

Malgré ces différences, l’Eurosystème poursuit ses efforts en vue d’une plus grande convergence entre les services de traitement des espèces offerts par les banques centrales nationales de la zone euro. Il consulte, à cette fin, les parties prenantes aux niveaux national et européen, qui peuvent être notamment des banques commerciales, des transporteurs de fonds ou d’autres professionnels manipulant des espèces. Grâce au renforcement de l’harmonisation et de l’intégration des circuits fiduciaires, les bénéfices de la monnaie unique pour ces parties prenantes seront encore accrus.

Des informations complémentaires figurent dans le Rapport annuel de la BCE.

Authenticité et qualité des billets

L’authenticité et un niveau de qualité élevé des billets sont des conditions sine qua non de la confiance du public. Par conséquent, les BCN de la zone euro utilisent des machines permettant un traitement entièrement automatisé des billets, garantissant qu’ils sont authentiques et en assez bon état pour être remis en circulation.

Toutes les pages de cette section