Qu’est-ce qu’un accord de swap en devises ?

27 septembre 2016

Il s’agit d’un accord conclu entre deux banques centrales en vue de procéder à un échange de devises. Ce dispositif permet à une banque centrale d’obtenir des liquidités dans différentes devises auprès des instituts d’émission respectifs. Ces liquidités sont habituellement mises à la disposition des banques commerciales nationales. Ainsi, à travers l’accord de swap existant avec le Système fédéral de réserve, la BCE et l’ensemble des banques centrales nationales de la zone euro (Eurosystème) peuvent recevoir des dollars des États-Unis de la Fed en échange d’un montant équivalent d’euros. De tels dispositifs font partie de la panoplie d’instruments de politique monétaire utilisée par les banques centrales depuis des décennies.

Pourquoi avons-nous besoin d’accords de swap ?

Alors que les dispositifs d’échange de devises étaient initialement utilisés par les banques centrales pour financer certaines interventions sur le marché, ils sont devenus, ces dernières années, un instrument important destiné à préserver la stabilité financière et à empêcher les tensions apparaissant sur les marchés d’affecter l'économie réelle. Les accords de swap mis en place par la BCE depuis 2007 ont, par exemple, été axés sur la fourniture de liquidités en devises aux banques de la zone euro. Lorsque la situation se détériore sur les marchés de financement fonctionnant dans une monnaie, il devient difficile pour les banques situées en dehors de cette zone monétaire de financer leurs actifs liés à cette monnaie dans la mesure où elles n’ont pas accès directement à la banque centrale étrangère qui émet la monnaie. Mais si leur banque centrale nationale a conclu un accord de swap avec son homologue étrangère, elle peut fournir à son secteur bancaire national les liquidités nécessaires en devises sans recourir à ses réserves de change. Par exemple, lors de la crise financière survenue au lendemain de la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008, les marchés de financement se sont asséchés en raison d’une très forte aversion au risque. Dans ces circonstances, il est devenu difficile pour les banques de la zone euro d’obtenir des dollars des États-Unis afin de financer leurs actifs libellés en dollars. Souhaitant prévenir des dysfonctionnements, tels que des ventes brutales d’actifs par les banques, provoquant des mouvements de prix de très forte ampleur, la BCE et le Système fédéral de réserve ont mis en place un dispositif d’échange de devises, à travers lequel la BCE/l’Eurosystème ont fourni des dollars aux banques situées dans la zone euro.

Avec quelles banques centrales la BCE a-t-elle conclu des accords de swap de devises ?

En 2011, la BCE, conjointement avec la Banque d’Angleterre, la Banque du Canada, la Banque du Japon, le Système fédéral de réserve et la Banque nationale suisse, a établi un réseau de lignes de swap permettant aux banques centrales participantes d’obtenir l’une ou l’autre devise. À compter de décembre 2015, ces accords n’ont été utilisés que pour prêter des dollars des États-Unis et des francs suisses à des banques de la zone euro.

Au lendemain de la crise financière, la BCE a également mis en place de tels dispositifs en vue de fournir des liquidités en euros aux banques centrales du Danemark, de Lettonie, de Hongrie, de Pologne et de Suède.

Plus récemment, en 2013, la BCE a conclu un accord de swap de devises avec la Chine, reflétant l’importance systémique grandissante de ce pays et la croissance rapide des échanges bilatéraux et des investissements entre la zone euro et la Chine. Pour l’Eurosystème, cet accord sert de dispositif de soutien à la liquidité permettant de rassurer les banques de la zone euro quant à la disponibilité continue de yuans chinois même si le fonctionnement du marché est perturbé.

Comment fonctionnent les dispositifs d’échange de devises ?

Dans des circonstances normales, lorsqu’une banque établie dans la zone euro a besoin de dollars des États-Unis, par exemple pour octroyer un prêt en dollars à un client, elle se tourne vers le marché. Mais si les coûts d’un financement en dollars sont trop élevés ou si le fonctionnement du marché est perturbé, la banque peut s’adresser à sa banque centrale nationale. Dans ce cas particulier, la BCE peut obtenir des dollars des États-Unis grâce à l’accord de swap de devises conclu avec le Système fédéral de réserve. À l’heure actuelle, la BCE procède à des adjudications hebdomadaires dans le cadre desquelles les banques de la zone euro peuvent indiquer le montant en dollars qu’elles veulent emprunter à un taux d’intérêt prédéfini. En échange des dollars, elles doivent fournir à la BCE des garanties de grande qualité, dont la valeur est déterminée par les prix du marché (découlant de la valeur de marché) moins une déduction appropriée (appelée décote). Un grand nombre de ces dispositifs jouent principalement le rôle de filet de sécurité et n’ont jamais été activés. Conformément à la politique générale suivie pour assurer un niveau élevé de disponibilité opérationnelle, la BCE teste régulièrement ses instruments et outils de politique monétaire afin de s’assurer qu’ils peuvent être mis en œuvre facilement et sans risque en cas de besoin.