L'aménagement paysager

À travers une ré-interprétation de la théorie classique de l’aménagement paysager en « jardin à l'anglaise », la société suisse Vogt Landscape Architects a développé un concept sophistiqué d'utilisation de l'espace présent autour du nouveau bâtiment de la BCE. Le fleuve (le Main) a fortement inspiré le concept d'un parc planté de plus de 700 arbres de 25 espèces différentes. Galerie photos

La création d'un jardin à l'anglaise pour la BCE

Le principe fondateur du « jardin à l'anglaise » est l'harmonie avec le paysage environnant et la présentation d'une vision idéalisée de la nature, rappelant à grands traits la campagne anglaise typique. De nombreux parcs londoniens et propriétés domaniales anglaises ou encore le Englischer Garten de Munich ont été dessinés selon ce principe. Ce style se caractérise notamment par la façon dont les architectes paysagers ont pris en compte les mouvements humains et la variation constante de leurs perspectives. Ce concept a guidé Vogt Landscape Architects lors de la conception de l’aménagement paysager du nouveau site de la BCE.

Les architectes ont tout d'abord analysé le site en profondeur afin d'en connaître parfaitement les caractéristiques. L'élément le plus marquant, selon eux, était la proximité avec l'Osthafen, sur les rives du Main. Ils ont donc utilisé l'eau comme élément central distinctif du concept paysager.

Le fleuve est une inspiration majeure pour le parc

S'agissant des éléments paysagers végétaux (softscape), l'idée directrice a consisté à abstraire les éléments typiques des zones d'alluvions naturelles : la topographie particulière d'un paysage fluvial, avec ses crevasses, ses plateaux, ses zones d'eaux mortes, ses saignées et ses pentes, est traduit en formes géométriques. Cela donne un parc comprenant un paysage fluvial stylisé bordant les contours du Main et intégrant le bâtiment de l'ancien marché de gros, la tour et d'autres installations critiques, tout en conservant toutes les qualités d'un parc. La végétation renforce et remet en question à la fois l'idée d'un paysage fluvial avec une combinaison de plantes typiques des bords de fleuve et des plantes exotiques à l'allure surprenante dans un tel environnement. La plupart des arbres sont des feuillus, ce qui permet à chacun de suivre les saisons. Des prairies clairsemées d'arbres sont traversées par des bois denses, des haies naturelles, des formations typiques des berges de cours d'eau et des rangées d'arbres reproduisant la forme des vallées fluviales.

En ce qui concerne les chemins, certaines zones sont recouvertes de pavés pénétrant progressivement dans l'asphalte ou les pelouses pour ne pas être trop saillantes. Certaines pierres ont été récupérées de l'époque où la Grossmarkthalle abritait encore le marché de gros. De plus, les rives du fleuve accueillent par endroits des pierres typiques de ces abords.

Un « poumon vert » pour la ville de Francfort

Le premier ginkgo a été planté en novembre 2012, lançant la mise en place du concept paysager. Les architectes paysagers ont conçu un parc semblant s'être développé naturellement, alors que tout a bien entendu été pensé et planifié avec soin. Il en va de même pour les éléments de sécurité, qui sont incorporés dans le paysage, comme pour les murs et les barrières bordant le site. Ceux-ci sont intégrés en différents niveaux dans le parc de telle manière que l'espace vert soit le moins possible perçu comme un site clos, de l'extérieur ou de l'intérieur. Le mur d'enceinte est composé de matériaux reflétant la consistance du terrain, ce qui l'inscrit dans la continuation du parc. La barrière, qui suit en partie l'ondulation du paysage, est une structure métallique ressemblant à une palissade dont la largeur des interstices verticaux varie entre deux extrêmes prédéfinis.

Avec les autres parcs des environs tels que la GrünGürtel (ceinture verte de Francfort), le Mainuferpark (situé le long du Main), le Hafenpark (nouveau parc axé sur le sport et les activités physiques) situé à proximité et l'Ostpark (qui se trouve dans le quartier de l'Ostend), le paysage entourant le nouveau siège de la BCE contribue à la création d'un poumon vert dans la ville de Francfort.