Menu

Questions-réponses sur l’évaluation stratégique

En quoi consiste l’évaluation stratégique ?

Une monnaie sûre et stable est nécessaire à toute économie. La principale mission de la Banque centrale européenne (BCE), en tant que banque centrale de l’euro, est de préserver la stabilité des prix dans la zone euro.

Pour instruire ses décisions de politique monétaire, la BCE s’appuie sur une stratégie définissant les principes, les approches et les orientations grâce auxquels nous atteignons notre objectif. Nous voulons nous assurer que cette stratégie est appropriée et en mesure de servir notre mandat de maintien de la stabilité des prix. Aussi avons-nous, avec les dix-neuf banques centrales nationales de la zone euro, entamé une évaluation de notre stratégie. Cette évaluation ne porte pas sur nos missions mais sur notre façon de les mener à bien.

Elle est axée sur :

  • ce que nous entendons précisément par « stabilité des prix », soit le taux d’inflation que nous devrions viser ;
  • notre manière d’analyser l’économie afin de pouvoir détecter suffisamment tôt les risques pesant sur la stabilité des prix et de comprendre les conséquences de nos décisions pour les parties prenantes telles que les consommateurs, les entreprises, les marchés et les banques ;
  • le rôle de l’emploi, de l’inclusion sociale, du changement climatique et de la stabilité financière dans l’exercice de notre mandat ;
  • les instruments de politique monétaire que nous utilisons, y compris les taux d’intérêt et les achats d’actifs ;
  • la façon dont nous entrons en contact et communiquons avec vous, car l’euro est un bien public et nous souhaitons que tous les Européens comprennent notre mission et nos décisions.

Pourquoi la BCE évalue-t-elle sa stratégie aujourd’hui ?

Depuis la dernière évaluation de notre stratégie, en 2003, l’économie a subi de profondes mutations. Le ralentissement de la croissance et les répercussions de la crise financière ont poussé les taux d’intérêt à la baisse, la BCE et les autres banques centrales pouvant plus difficilement assouplir leur politique monétaire en période de faible croissance économique. Notre gamme d’instruments a donc été élargie. La mondialisation, la numérisation, le vieillissement à l’œuvre de la population et le changement climatique posent de nouveaux défis à l’économie. Dans ce contexte difficile et en constante évolution, nous souhaitons rendre notre stratégie de politique monétaire aussi efficace que possible, aujourd’hui comme demain.

Plusieurs enjeux sont à l’origine de cette évaluation.

Le niveau historiquement bas des taux d’intérêt. Différents facteurs expliquent la faiblesse des taux : le rythme d’expansion des économies ralentit, la productivité (c’est-à-dire notre efficacité au travail) progresse plus lentement dans la plupart des économies avancées et la population vieillit. L’affaiblissement des gains de productivité et le recul de la population active exercent des pressions à la baisse sur les taux d’intérêt. Une population vieillissante économise davantage, ce qui pousse encore plus les taux d’intérêt vers le bas.

Les limites à la réduction des taux d’intérêt. Classiquement, les banques centrales relèvent les taux d’intérêt lorsque l’inflation est trop forte. Quand l’inflation est trop basse, elles réduisent les taux d’intérêt pour soutenir l’activité économique. Avec les taux d’intérêt actuellement proches de zéro, voire négatifs, il est plus difficile pour la BCE et les autres banques centrales de les abaisser comme elles le font en général en période de faible croissance et d’inflation basse. De nouveaux instruments – les mesures non conventionnelles de politique monétaire comme les programmes d’achats de titres – ont été mis en place, en raison de ces limites, pour assurer le maintien de la stabilité des prix.

Le changement climatique, la mondialisation, la numérisation effrénée et l’évolution des structures financières. Ces tendances peuvent avoir des effets inattendus sur le monde, sur le fonctionnement de l’économie et, donc, également sur notre politique monétaire.

Quel est le calendrier de l’évaluation stratégique ?

Nous avons commencé l’évaluation le 23 janvier 2020. Sa conclusion, prévue initialement pour la fin 2020, a été reportée jusqu’au second semestre 2021 en raison de la pandémie de coronavirus.

Comment puis-je donner mon avis ?

Dans le cadre de l’évaluation de notre stratégie, nous recueillons l’avis de nombreuses parties prenantes. Nous entendons mieux comprendre vos attentes et vos préoccupations et trouver, ainsi, la meilleure façon de remplir notre mandat, à savoir le maintien de la stabilité des prix.

Les citoyens de la zone euro ont pu s’exprimer jusqu’à fin octobre 2020 via le portail « La BCE à votre écoute ». Un résumé de tous les commentaires reçus sera publié en ligne.

Portail «  La BCE à votre écoute  »

Au cours de notre évaluation, nous organisons également une série de conférences et d’ateliers dans toute la zone euro. Nous souhaitons être à l’écoute de chacun, y compris du grand public et des organisations de la société civile. Des résumés de ces événements seront publiés en ligne.

Plus d’informations sur les consultations « à votre écoute »

Comment l’évaluation de la stratégie influera-t-elle sur la politique monétaire actuelle ?

La réunion de politique monétaire que la BCE tient toutes les six semaines n’est pas influencée par l’évaluation stratégique. Il s’agit de deux exercices différents. L’objectif de cette évaluation est d’assurer que la BCE dispose d’une stratégie de politique monétaire adaptée pour les années à venir. Pendant cette phase d’évaluation, le Conseil des gouverneurs continuera à suivre l’évolution de l’économie et de l’inflation et à prendre ses décisions de façon adéquate.

Notre stratégie de politique monétaire actuelle

Pourquoi cette évaluation ne porte-t-elle pas sur nos missions, mais sur notre façon de les mener ?

Notre objectif est défini dans les traités de l’Union européenne (UE). Par conséquent, notre évaluation concerne tous les aspects de notre stratégie de politique monétaire et s’inscrit dans le cadre du mandat tel qu’il nous est confié. Cette évaluation se veut approfondie et sans a priori.

Traités de l’UE

Cette évaluation aura-t-elle également une incidence sur notre manière de superviser les banques ?

L’évaluation de notre stratégie couvre différents aspects de notre politique monétaire, mais ne porte pas sur le rôle de la BCE en matière de supervision bancaire. Nos méthodes de surveillance des banques sont indépendantes de la façon dont nous conduisons notre politique monétaire.

Supervision bancaire

Comment me tiendrez-vous informé(e) de l’évaluation stratégique ?

Toutes les six semaines, nous ferons le point sur le processus d’évaluation lors de nos conférences de presse, qui sont retransmises en ligne, via notre site Internet et sur nos réseaux de médias sociaux.

Page du portail Internet consacré à l’évaluation stratégique

Conférences de presse

Réseaux de médias sociaux de la BCE

Au cours de l’évaluation, partagerez-vous les opinions recueillies lors des consultations ?

Oui. Nous publierons des résumés des commentaires reçus sur l’ensemble de nos chaînes numériques.

Consultations « à votre écoute » au sein de la zone euro

Réseaux de médias sociaux de la BCE

Quand avez-vous mené une évaluation stratégique pour la dernière fois ?

La stratégie de politique monétaire de la BCE a tout d’abord été définie en 1998, année de création de la BCE. Nous l’avons évaluée et clarifiée en 2003.

D’autres banques centrales évaluent-elles également leur stratégie ?

Oui, d’autres banques centrales conduisent également des évaluations de leur stratégie. Aux États-Unis, par exemple, la Réserve fédérale a lancé, en 2018, une évaluation qui est aujourd'hui terminée. Au Royaume-Uni, la Banque d’Angleterre a annoncé, en janvier 2020, un processus d’évaluation qui durera un an. Quant à la Banque du Canada, elle mène une évaluation de son objectif d'inflation tous les cinq ans.