Introduction aux politiques macroprudentielles

24 mai 2017

Qu’entend-on par « macroprudentielles » ?

Le préfixe « macro » signale que les politiques ou mesures portent sur l’ensemble, ou sur des pans significatifs, du système financier plutôt que sur des établissements financiers spécifiques. Les politiques prudentielles ou réglementaires microprudentielles s’appliquent quant à elles à des établissements financiers spécifiques.

La prudence est un autre terme qui associe la prévoyance à la précaution, et les politiques prudentielles ont trait à des mesures favorisant des pratiques saines et limitant la prise de risques. Les politiques macroprudentielles sont donc censées contribuer à ce que chacun adopte une approche prudente face aux risques susceptibles de devenir systémiques, c’est-à-dire les risques pesant sur l’ensemble de la sphère financière.

En quoi consistent les politiques macroprudentielles et quelle est leur raison d’être ?

Les autorités macroprudentielles surveillent le système financier en vue de détecter les risques et les vulnérabilités. Des politiques de lutte contre ces risques et ces vulnérabilités peuvent être mises en place afin de contenir leur accumulation et leur propagation dans le système financier,

ou, en d’autres termes, d’empêcher que ces risques ne se diffusent plus largement dans le système financier, ou ne deviennent systémiques.

Si des risques systémiques devaient se concrétiser, la fourniture par le système financier de produits et de services financiers nécessaires pourrait être compromise, au point éventuellement de nuire gravement à la croissance économique et au bien-être de la population.

Ces effets ont été observés au cours de la crise financière qui a débuté en 2007 : une série de pays européens sont entrés en récession et de nombreuses banques ont dû être recapitalisées.

Ainsi, les politiques macroprudentielles visent essentiellement à promouvoir la stabilité financière. Un système financier stable et sain nous permet de mieux résister aux chocs et d’éviter les pires répercussions des crises financières.

Exemples de risques susceptibles de devenir systémiques

  • Formation de bulles des prix des actifs : lorsque les prix des actifs, comme les logements, augmentent bien au-delà de leur valeur intrinsèque, le risque d’une chute brutale de ces prix est dangereux
  • Prise de risques excessive par les banques
  • Endettement excessif des entreprises ou des ménages

Quelles mesures les autorités adoptent-elles dans le cadre de ces politiques ?

Les autorités (souvent les banques centrales) peuvent prendre une série de mesures visant à s’attaquer directement au risque.

Par exemple, les établissements financiers (généralement les banques) peuvent être invités à constituer des fonds propres supplémentaires, afin de parer à tout événement ou choc imprévu, et ces coussins de fonds propres peuvent varier au fil du temps et être plus importants pour certains types d’établissements.

Cela pourrait être notamment le cas pour les établissements d’importance systémique, dont une défaillance aurait des répercussions majeures sur l’ensemble du système financier.

Par ailleurs, les politiques macroprudentielles peuvent imposer des restrictions aux activités des établissements financiers, par exemple en fixant des conditions d’octroi des prêts hypothécaires.

Ainsi, le montant que les acquéreurs d’un bien immobilier peuvent emprunter pourrait être limité au regard du prix de ce bien ou de leur revenu. De tels plafonds peuvent être utilisés pour stabiliser un marché de l’immobilier présentant une hausse rapide des prix et des volumes d’emprunts hypothécaires y afférents.

Quelles sont les autorités macroprudentielles de l’UE ?

  • La Banque centrale européenne
  • Le Comité européen du risque systémique
  • Les autorités désignées nationales, généralement les banques centrales ou les autorités de surveillance financière, des 28 États membres.

En bref : qu’est-ce que le système financier ?

Un réseau d’interactions

Le système financier présente un réseau complexe de connexions et d’interactions entre différents acteurs.

Banques et compagnies d’assurance

Les banques et les compagnies d’assurance servent d’intermédiaires en orientant les fonds des prêteurs ou des investisseurs vers les emprunteurs.

Marchés

De même, les marchés financiers tels que le marché des obligations et le marché monétaire réunissent directement prêteurs et emprunteurs.

Systèmes de paiement

Les systèmes de paiement et de règlement de titres, la « plomberie » des marchés financiers, garantissent quant à eux la sécurité des flux monétaires et des actifs financiers.