L’Institut monétaire européen (1994-1998)

En 1992, le traité sur l’Union européenne, mieux connu sous le nom de traité de Maastricht, établissait une feuille de route vers une monnaie et une banque centrale communes pour l’Union européenne. Dans ce cadre, l’Institut monétaire européen (IME) a ​été créé en janvier 1994 et a constitué une étape intermédiaire, mais cruciale, vers la création de la BCE. À la différence du Comité des gouverneurs auparavant, l’IME possédait sa propre personnalité juridique et s’est rapidement développé (organisation et personnel). L’IME a eu deux présidents : Alexandre Lamfalussy, puis Willem Frederik Duisenberg à partir de juillet 1997. Willem Frederik Duisenberg est également devenu le premier président de la BCE, en 1998. Le président de l’IME présidait le Conseil, qui comprenait également le vice-président et les gouverneurs des banques centrales de l’Union européenne (UE).

Au cours des quatre années et demie suivantes, l’IME a rapidement mis en place sa structure organisationnelle. Les principaux travaux ont été réalisés en parallèle par des sous-comités, des groupes de travail et des équipes de travail sous-jacentes des banques centrales et de l’IME, une structure de coopération mise en place pendant la période du Comité des gouverneurs.

Le principal objectif de l’IME consistait à établir le Système européen de banques centrales, y compris la BCE et la nouvelle monnaie. Il traitait également de certaines tâches opérationnelles, telles que le remplacement du Fonds européen de coopération monétaire, qui lui était antérieur. L’IME visait à :

  • mieux coordonner la politique monétaire dans l’UE
  • faire respecter la stabilité financière
  • améliorer les systèmes de paiement (transfrontaliers) dans l’UE
  • développer un cadre réglementaire, organisationnel et logistique
  • élaborer une stratégie de politique monétaire commune pour l’euro
  • préparer un marché monétaire unique.

Les registres de l’IME couvrent les activités préparatoires et opérationnelles conduites entre 1994 et 1998, telles que les réunions des groupes de travail, les tâches administratives et organisationnelles, ainsi que les documents sur les principales responsabilités relatives à l’harmonisation des systèmes de paiement, aux méthodes statistiques, aux politiques monétaires et à d’autres questions y relatives.

L’inventaire pertinent des archives est en préparation.

Les registres déjà publiés sont disponibles dans la section correspondante du registre public de documents.