Qu’est-ce que le bitcoin ?

13 février 2018

Le bitcoin est considéré comme une monnaie virtuelle. Mais en quoi consiste-t-il réellement et qu’est-ce que cela signifie pour les vraies monnaies ?

Il s’agit essentiellement d’un instrument numérique, pouvant être échangé par voie électronique, qui n’existe pas physiquement. Un réseau d’ordinateurs utilisant des formules mathématiques complexes, et non une autorité ou une organisation unique, crée les bitcoins et en assure le suivi.

Le bitcoin est donc virtuel, mais ne constitue pas une monnaie. Pourquoi ?

Bitcoin

Absence de garantie

Les bitcoins ne sont pas émis par une autorité publique centrale. Quand vous disposez d’un billet de 10 euros, par exemple, la BCE garantit votre droit à en faire usage pour effectuer un paiement partout dans la zone euro. En revanche, personne ne garantit votre droit à utiliser des bitcoins ni n’assure la stabilité de sa valeur.
Bitcoin

Le bitcoin n’est pas un moyen de paiement accepté partout

S’il s’agissait d’une monnaie, vous devriez pouvoir l’utiliser largement. Mais, en réalité, il n’existe que très peu d’endroits où vous pouvez payer avec des bitcoins. Et, dans ces rares endroits, les transactions sont lentes et onéreuses.
Bitcoin

Pas de protection des utilisateurs

Les bitcoins ne sont pas à l’abri des pirates informatiques. Et vous ne bénéficiez d’aucune protection juridique s’ils sont volés.
Bitcoin

Il est trop volatile

Une monnaie doit être une réserve de valeur stable. Vous devez être sûr(e) que l’argent dont vous disposez aujourd’hui vous permettra d’acheter à peu près le même nombre de biens demain ou dans un an. Le bitcoin n’est pas stable. Sa valeur a tantôt grimpé en flèche, tantôt plongé en l’espace de quelques jours.

Qu’est-ce que le bitcoin si ce n’est pas une monnaie ?

Il s’agit d’un actif spéculatif. C’est un instrument sur lequel vous pouvez parier et réaliser un gain, en courant le risque de perdre votre placement.

La BCE entend-elle interdire les bitcoins ?

Il n’appartient pas à la BCE d’interdire ou de réglementer les bitcoins ou les autres crypto-monnaies. Étant donné l’absence de protection des consommateurs, toutefois, la prudence s’impose.