COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Décisions de politique monétaire

31 août 2000

Lors de sa réunion d'aujourd'hui, le Conseil des gouverneurs de la BCE a pris les décisions de politique monétaire suivantes :

  1. Le taux de soumission minimal appliqué aux opérations principales de refinancement de l'Eurosystème est relevé de 0,25 point de pourcentage, à 4,50 %, à partir de l'opération devant être réglée le 6 septembre 2000.

  2. Le taux d'intérêt de la facilité de prêt marginal est relevé de 0,25 point de pourcentage, à 5,50 %, avec effet au 1er septembre 2000.

  3. Le taux d'intérêt de la facilité de dépôt est relevé de 0,25 point de pourcentage, à 3,50 %, à compter du 1er septembre 2000.

Le Conseil des gouverneurs estime que les conditions et les perspectives en matière de croissance économique dans la zone euro sont très favorables. Afin de maintenir cet environnement, la stabilité des prix doit être assurée sur le moyen terme. Alors que les conditions actuelles sont fortement influencées par l'évolution des cours du pétrole et des taux de change et que la politique monétaire ne peut remédier à cette situation à court terme, il faut impérativement contenir les tensions à moyen terme sur les prix. Les décisions de politique monétaire prises aujourd'hui soutiennent les perspectives favorables d'une forte croissance économique dans la zone euro.

En ce qui concerne le premier pilier de la stratégie de politique monétaire de la BCE, les dernières informations disponibles indiquent que la croissance de M3 demeure supérieure à la valeur de référence de 4½% et ce, bien que les effets des mesures prises depuis novembre 1999 deviennent peu à peu perceptibles. Parallèlement, la progression annuelle des créances sur le secteur privé, qui s'est établie à 10 % environ, montre que les ménages et les entreprises considèrent les conditions financières dans la zone euro comme très favorables. Dans le contexte d'une expansion vigoureuse de l'activité économique, la persistance d'une situation de liquidité généreuse constituerait un risque pour la stabilité des prix.

L'évolution des principaux indicateurs relatifs au second pilier va dans le même sens. La dépréciation prolongée du taux de change de l'euro et la nouvelle hausse des cours du pétrole exercent des tensions croissantes sur les prix à l'importation et les prix à la consommation dans la zone euro. Dans le même temps, les données récentes confirment que la zone euro est entrée dans une phase de forte croissance et que les perspectives demeurent très favorables.

Le Conseil des gouverneurs continuera à veiller à ce que la stabilité des prix soit maintenue dans la zone euro et demeurera vigilant face à tous les risques relatifs à la stabilité des prix. Parallèlement, le Conseil des gouverneurs insiste sur le fait qu'une situation saine des finances publiques, et en particulier le strict respect des critères du Pacte de stabilité et de croissance, et la poursuite des réformes structurelles destinées à améliorer la flexibilité des marchés du travail et des biens seront essentielles pour obtenir une augmentation durable de la croissance potentielle de la zone euro.

Contacts médias