COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Décisions de politique monétaire

27 avril 2000

A l'issue de l'examen régulier des perspectives d'évolution des prix dans la zone euro sur la base des informations les plus récentes sur les évolutions économiques, monétaires et financières, le Conseil des gouverneurs de la BCE a pris, lors de sa réunion d'aujourd'hui, les décisions de politique monétaire suivantes :

  1. Le taux d'intérêt des opérations principales de refinancement de l'Eurosystème est relevé de 0,25 point de pourcentage, à 3,75 %, à partir de l'opération devant être réglée le 4 mai 2000.

  2. Le taux d'intérêt de la facilité de prêt marginal est relevé de 0,25 point de pourcentage, à 4,75 %, avec effet au 28 avril 2000.

  3. Le taux d'intérêt de la facilité de dépôt est relevé de 0,25 point de pourcentage, à 2,75 %, à compter du 28 avril 2000.

Par cette décision, le Conseil des gouverneurs de la BCE poursuit sa politique consistant à réagir de manière préventive aux risques de hausse pesant sur la stabilité des prix à moyen terme. Elle constitue la meilleure contribution que la politique monétaire peut apporter pour garantir le caractère durable de la phase actuelle de croissance économique soutenue et non inflationniste.

Lors de ses délibérations, le Conseil des gouverneurs a confirmé l'analyse que le président de la BCE a présentée dans sa déclaration introductive à l'occasion de la conférence de presse qui s'est tenue à l'issue de la réunion du Conseil du 13 avril ainsi que dans l'édition d'avril du Bulletin mensuel de la BCE. En particulier, le Conseil des gouverneurs a exprimé ses préoccupations concernant les risques de hausse pesant sur la stabilité des prix, qui, eu égard aux perspectives d'une expansion économique soutenue, résultent d'une forte croissance des agrégats monétaires et de crédit ainsi que du niveau actuel du taux de change de l'euro.

Le Conseil des gouverneurs a évoqué les récentes évolutions des taux de change entre les principales monnaies, et notamment la baisse récente de l'euro, et a examiné les conséquences qu'elles pourraient avoir pour la stabilité des prix dans la zone euro. La BCE estime que le niveau actuel de l'euro ne reflète pas les bonnes données économiques fondamentales de la zone euro.

Contacts médias