COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Décisions de politique monétaire

16 mars 2000

Lors de la réunion d'aujourd'hui, à laquelle le président de la Commission européenne, M. Romano Prodi, a également été présent, le Conseil des gouverneurs de la BCE a pris les décisions de politique monétaire suivantes :

  1. Le taux d'intérêt des opérations principales de refinancement de l'Eurosystème sera relevé de 0,25%, à 3,5%, à partir d'une opération qui devra être réglée le 22 mars 2000.

  2. Le taux d'intérêt de la facilité de prêt marginal sera relevé de 0,25%, à 4,5%, à compter du 17 mars 2000.

  3. Le taux d'intérêt de la facilité de dépôt sera relevé de 0,25%, à 2,5%, à compter du 17 mars 2000.

Après l'examen régulier des perspectives d'évolution des prix dans la zone euro, sur la base des informations les plus récentes sur les évolutions monétaires, financières et économiques, le Conseil des gouverneurs a confirmé l'évaluation que le président de la BCE a présentée lors de sa déclaration introductive à la conférence de presse qui a suivi la réunion du Conseil des gouverneurs du 2 mars 2000, ainsi que dans l'édition de mars du Bulletin mensuel de la BCE. Comme en font état cette déclaration et ce Bulletin, les conditions et les perspectives économiques pour la zone euro semblent à présent meilleures quelles ne l'ont jamais été au cours de la dernière décennie. Cependant, les risques à la hausse pesant sur la stabilité des prix ont été considérés comme une raison de rester vigilant. La présente décision répond à ces risques à la hausse, contribuant ainsi au maintien de perspectives favorables pour l'économie de la zone euro.

En ce qui concerne le premier pilier de la stratégie de politique monétaire de l'Eurosystème, l'écart prolongé de la croissance de M3 par rapport à sa valeur de référence de 4,5% indique la présence d'un volume important de liquidités dans la zone euro, notamment si on l'examine en liaison avec la persistance d'une croissance vigoureuse du crédit accordé au secteur privé.

S'agissant du second pilier, la majeure partie des indicateurs et des prévisions indiquent des pressions à la hausse croissantes sur l'inflation des prix à la consommation à moyen terme. La forte augmentation des prix du pétrole et la baisse du taux de change de l'euro dans le passé exercent des pressions directes à la hausse sur les coûts d'importation et les prix à la production. Dans le contexte actuel d'un redressement conjoncturel marqué, il existe de surcroît le risque que ces évolutions aient, par les effets de second tour qu'elles peuvent induire, des incidences durables sur l'inflation des prix à la consommation.

La hausse des taux d'intérêts de la BCE décidée aujourd'hui fait suite aux décisions sur les taux d'intérêt prises le 4 novembre 1999 et le 3 fêvrier 2000 et se situe dans la continuité de la politique visant à combattre à temps et de manière préventive ces risques à la hausse. En préservant un environnement non inflationniste, cette décision contribuera à assurer une croissance économique durable au sein de la zone euro.

Contacts médias