En quoi consistent les réformes structurelles ?

18 octobre 2017

En quoi consistent les réformes structurelles ?

Les réformes structurelles consistent, essentiellement, en des mesures qui modifient les composantes systémiques d’une économie, c’est-à-dire le cadre institutionnel et réglementaire dans lequel les entreprises et les individus exercent leurs activités. Elles visent à garantir la bonne santé d’une économie mieux à même d’atteindre son niveau de croissance potentielle de manière équilibrée.

Pour une croissance équilibrée

Les réformes structurelles agissent sur l’offre de l’économie. Elles contribuent à accroître la productivité, l’investissement et l’emploi en réduisant les obstacles à une production de biens et services efficace (et juste). Il existe de nombreuses manières de réaliser cet objectif. Ainsi, des réglementations allant dans le sens d’une plus grande flexibilité des marchés du travail, d’une simplification des régimes fiscaux et d’un allégement de la bureaucratie sont de nature à améliorer l’environnement économique des entreprises, favorisant leurs activités et éclairant leurs perspectives d’avenir. Les ménages bénéficient dès lors de produits moins chers (et de meilleure qualité) et peuvent par conséquent acquérir davantage de biens et services.

Les réformes, comme celles qui encouragent l’innovation dans des domaines clés, peuvent aussi cibler des secteurs particuliers. La croissance, toutefois, doit être équilibrée, des critères d’équité et d’inclusion sociales devant par conséquent également être pris en considération. Des réformes facilitant l’accès à l’éducation ou réduisant l’évasion fiscale et la corruption contribueraient de fait à soutenir la croissance économique tout en favorisant l’équité sociale.

En quoi la BCE est-elle concernée ?

La BCE, avec les banques centrales nationales des pays de la zone euro, est en charge de la politique monétaire unique. Notre mandat consiste à préserver la stabilité des prix, c’est-à-dire à maintenir l’inflation à un niveau inférieur à, mais proche de 2 % à moyen terme. Mais la politique monétaire ne fonctionne pas en vase clos. D’autres politiques économiques influencent le cours de l’économie et, partant, la politique monétaire actuelle. À long terme, cependant, les avantages découlant de la politique monétaire dépendront aussi d’autres politiques économiques (notamment celles incluant des réformes structurelles), en particulier en ce qui concerne l’obtention d’une croissance équilibrée. Les réformes structurelles sont donc fondamentales pour garantir la croissance future de l’Europe et renforcer l’Union économique et monétaire. C’est la raison pour laquelle la BCE les étudie et mène des travaux de recherche dans ce domaine.