COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Note d’information semestrielle sur la contrefaçon de l’euro

10 janvier 2008

Au cours du second semestre 2007, un total de 296 000 faux billets en euros a été retiré de la circulation. Même si ce chiffre a légèrement augmenté par rapport à la période correspondante de l’année précédente, le niveau de la contrefaçon continue de s’inscrire dans la fourchette de ces dernières années, comme le montre le tableau suivant, qui présente les volumes semestriels des contrefaçons saisies :

Période 2003/2 2004/1 2004/2 2005/1 2005/2 2006/1 2006/2 2007/1 2007/2
Nombre de fausses coupures 312 000 307 000 287 000 293 000 286 000 300 000 265 000 265 000 296 000

Si l’on compare ces chiffres avec le nombre de billets authentiques en circulation (11,4 milliards en moyenne au second semestre 2007), la quantité de contrefaçons est en réalité très faible.

La grande majorité (96 %) des contrefaçons saisies au second semestre 2007 ont été trouvées dans les pays de la zone euro, même si cette part est en légère baisse par rapport aux périodes précédentes. Environ 3,5 % ont été trouvées dans des États membres de l’UE n’appartenant pas à la zone euro et le reste dans d’autres régions du monde.

La répartition de la contrefaçon entre les différentes coupures est la suivante :

€5 €10 €20 €50 €100 €200 €500
Répartition par coupures (en %) 0,5 2,5 27,5 38 22 9 0,5

Le billet de 50 euros a été la cible privilégiée des faussaires au second semestre 2007. Les trois coupures intermédiaires (20 euros, 50 euros et 100 euros) ont représenté, globalement, 88 % environ des contrefaçons.

Le grand public a toutes les raisons d’avoir confiance dans la qualité des billets en euros et de leurs signes de sécurité. Toutefois, l’Eurosystème, c’est-à-dire la Banque centrale européenne (BCE) et les quinze banques centrales nationales de la zone euro, continue de recommander de faire preuve de vigilance et de vérifier l’authenticité des billets reçus. Les contrefaçons peuvent être aisément distinguées des billets authentiques grâce à la méthode simple consistant à TOUCHER-REGARDER-INCLINER décrite dans les publications de l’Eurosystème, également présentée sur le site Internet de la BCE et sur les sites Internet des banques centrales nationales de l’Eurosystème. Dans le doute, un billet suspect doit être comparé directement avec un billet dont on a la certitude qu’il est authentique. Toute personne pensant être entrée en possession d’un faux billet doit prendre contact, en indiquant de manière aussi détaillée que possible sa provenance, avec les services de police, ou la banque centrale nationale, conformément aux pratiques nationales.

Contacts médias