COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le Conseil des gouverneurs de la BCE accueille les nouveaux États membres de l’Union européenne

30 avril 2004

Demain, le 1er mai 2004, l’Union européenne comptera dix nouveaux États membres, à savoir la République tchèque, l’Estonie, Chypre, la Lettonie, la Lituanie, la Hongrie, Malte, la Pologne, la Slovénie et la Slovaquie.

Au nom du Conseil des gouverneurs, M. Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne (BCE) a déclaré : « En ce moment historique, nous souhaitons la plus cordiale bienvenue aux nouveaux États membres de l’Union européenne et du Système européen de banques centrales (SEBC). Demain, les États membres, actuels et nouveaux, partageront, au profit de tous, le riche patrimoine et les réalisations de l’Europe. Nous nous réjouissons à la perspective de donner une nouvelle dimension à notre dialogue et à notre coopération avec les nouveaux membres en vue de réaliser de manière harmonieuse et avec succès nos objectifs historiques communs ».

Dès demain, les banques centrales nationales des nouveaux États membres seront intégrées dans le SEBC et leurs gouverneurs respectifs seront membres à part entière du Conseil général de la BCE. De même, les experts des banques centrales nationales seront membres à part entière des comités du SEBC lorsque ceux-ci se réuniront dans la configuration rassemblant les membres du SEBC, c’est-à-dire l’ensemble des banques centrales nationales de l’Union européenne. Depuis juin 2003, les gouverneurs des banques centrales nationales des dix nouveaux États membres ainsi que les experts de ces dernières participent respectivement aux réunions du Conseil général et des comités en tant qu’observateurs.

Les nouveaux États membres n’adopteront pas l’euro dès leur adhésion à l’Union européenne. Ils ne le feront que lorsqu’ils auront rempli les conditions fixées par le traité instituant la Communauté européenne. Contrairement au Danemark et au Royaume-Uni, les dix nouveaux États membres ne bénéficient d’aucune clause « d’exemption » concernant la monnaie unique.

Tous les deux ans, ou à la demande d’un État membre faisant l’objet d’une dérogation, la BCE et la Commission européenne rédigeront chacune un rapport sur la convergence. Sur la base de ces rapports, le Conseil de l’Union européenne décidera si l’État membre concerné remplit les conditions nécessaires pour l’adoption de l’euro. Le premier rapport de la BCE sur la convergence traitant des nouveaux États membres sera publié en octobre 2004.

Contacts médias