COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Note d'information semestrielle sur la contrefaçon de l'euro

23 janvier 2003

Au cours du second semestre 2002, l'Eurosystème a, au total, retiré de la circulation 145 153 billets en euros contrefaits*. Par comparaison, 21 965 faux billets avaient été dénombrés au premier semestre, soit un chiffre exceptionnellement bas qui s'explique par la nouveauté de la monnaie, les différentes campagnes d'information sur les billets et pièces en euros menées en 2001 et dans les premiers mois de 2002 et le degré élevé de vigilance dont le public a fait preuve face aux nouveaux signes monétaires. Bien que le nombre total de billets en euros contrefaits recensés au cours du second semestre ait augmenté, il représente, sur l'ensemble de l'année, moins d'un quart du nombre total de faux billets nationaux dénombrés par les banques centrales nationales de la zone euro en 2001. En outre, des pays extérieurs à la zone euro ont informé la BCE de l'existence de 414 fausses coupures en euros. Toutefois, compte tenu qu'environ 8,2 milliards de billets en euros authentiques étaient en circulation fin 2002, l'ampleur du faux-monnayage en euros est très limitée.

En raison de leur qualité généralement médiocre, et grâce à la grande attention du public, les contrefaçons mises en circulation sont rapidement détectées. Il n'a été recensé qu'environ vingt billets contrefaits par million de vrais billets en circulation.

Le tableau ci-dessous présente la répartition des billets contrefaits par coupure :

5 € 10 € 20 € 50 € 100 € 200 € 500 € Total
Quantité 730 1 898 11 522 121 826 8 046 1 007 124 145 153
Pourcentage 0,5 1,3 7,9 83,9 5,6 0,7 0,1 100

Le nombre de pièces en euros contrefaites est également très faible. C'est la Commission européenne qui est chargée de collecter les informations statistiques relatives à la circulation des pièces.

La BCE invite une nouvelle fois le public à être vigilant afin de détecter les contrefaçons. À cet égard, la méthode consistant à « regarder – toucher – incliner » les billets en euros pour en vérifier l'authenticité, décrite dans différents supports d'information fournis par l'Eurosystème, s'avère un moyen efficace de détection des coupures contrefaites. La BCE rappelle qu'il est dans l'intérêt de chacun de continuer à protéger l'euro contre la contrefaçon en n'oubliant jamais la règle « regarder – toucher – incliner ».

* Le terme « Eurosystème » désigne l'entité regroupant la Banque centrale européenne et les douze banques centrales nationales des pays participant à la zone euro.

Contacts médias