COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Réexamen de la valeur de référence quantifiée pour la croissance monétaire

2 décembre 1999

Lors de sa réunion du 2 décembre 1999, le Conseil des gouverneurs a décidé de confirmer la valeur de référence retenue pour la croissance monétaire, à savoir un taux de croissance annuel de 4½% pour l'agrégat large M3. Cette décision est motivée par le fait que les éléments sur lesquels se fondait le calcul de la première valeur de référence en décembre 1998, à savoir la définition de la stabilité des prix de l'Eurosystème et les hypothèses relatives à la croissance tendancielle du PIB réel et au ralentissement tendanciel de la vitesse de circulation de M3, sont demeurés inchangés.

Comme précédemment, le Conseil des gouverneurs analysera les évolutions monétaires par rapport à la valeur de référence sur la base d'une moyenne mobile sur trois mois des taux de croissance annuels. Le Conseil des gouverneurs a décidé de réexaminer, chaque année, la valeur de référence, le prochain réexamen devant avoir lieu en décembre 2000.

Dès lors, le Conseil des gouverneurs souhaite mettre l'accent sur le fait que les réformes structurelles sur les marchés du travail et des biens pourraient considérablement accroître le taux de croissance potentiel de la zone euro. La stratégie de politique monétaire de l'Eurosystème prendrait en compte, comme il convient, de tels changements.

La valeur de référence de 4½% reflète une stratégie axée sur le moyen terme. Il conviendra de garder à l'esprit les conditions de liquidité généreuses de 1999.

Dans le cadre du réexamen de la valeur de référence, le Conseil des gouverneurs souhaite rappeler les caractéristiques décrites ci-après de la valeur de référence ainsi que son rôle dans la stratégie de politique monétaire de l'Eurosystème :

  1. L'inflation étant à long terme un phénomène monétaire, le Conseil des gouverneurs assigne un rôle de premier plan à la monnaie. Il s'agit du « premier pilier » de la stratégie de politique monétaire de l'Eurosystème axée sur la stabilité des prix. Afin d'attirer l'attention du public sur le rôle de premier plan assigné à la monnaie, le Conseil des gouverneurs a décidé, en octobre 1998, d'annoncer une valeur de référence quantifiée pour le taux de croissance d'un agrégat monétaire large. En décembre 1998, le Conseil des gouverneurs a annoncé que la première valeur de référence pour la croissance de M3 avait été fixée à un taux annuel de 4½%.
  2. La première valeur de référence a été calculée en se fondant sur la relation bien établie qui existe entre la croissance monétaire, d'une part, et l'évolution des prix, du PIB réel et de la vitesse de circulation de la monnaie, d'autre part. La valeur de référence a été calculée d'une façon qui soit compatible avec - et qui serve - la stabilité des prix. Par conséquent, elle a été établie sur la base de la définition de la stabilité des prix de l'Eurosystème. Ce dernier définit la stabilité des prix comme une progression sur un an de l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) inférieure à 2 % dans la zone euro. La stabilité des prix doit être maintenue à moyen terme. Afin qu'elle soit compatible avec l'orientation à moyen terme de la stratégie de politique monétaire de l'Eurosystème, la valeur de référence a été calculée à partir des hypothèses relatives à l'évolution à moyen terme du PIB réel et de la vitesse de circulation de M3. Ces hypothèses sont les suivantes :
    1. une croissance tendancielle du PIB réel à moyen terme comprise entre 2 % et 2,5 % par an et
    2. un ralentissement tendanciel de la vitesse de circulation de M3 se situant, à moyen terme, à l'intérieur d'une fourchette de 0,5 % - 1 % par an.
    Tenant compte de la définition de la stabilité des prix et de ces deux hypothèses, le Conseil des gouverneurs a décidé en décembre 1998 de fixer à 4½% la première valeur de référence.

Lors de sa réunion du 2 décembre 1999, le Conseil des gouverneurs a réexaminé ces deux hypothèses et confirmé qu'elles demeuraient valables. Dès lors, le Conseil des gouverneurs a considéré qu'il n'y avait pas lieu de modifier la valeur de référence.

En outre, ce réexamen de la valeur de référence a été pour le Conseil des gouverneurs l'occasion de réaffirmer que le concept de valeur de référence fait partie intégrante d'une stratégie de politique monétaire visant au maintien de la stabilité des prix. La stratégie utilise deux piliers pour évaluer les risques pour la stabilité future des prix. La valeur de référence retenue pour la croissance monétaire constitue un élément important du premier pilier de la stratégie, qui assigne un rôle de premier plan à l'analyse des évolutions monétaires. Les informations fournies par cette analyse ne peuvent être dissociées du second pilier de la stratégie de politique monétaire de l'Eurosystème, qui comprend une appréciation des perspectives d'évolution des prix et des risques pour la stabilité des prix, se fondant sur une large gamme d'autres indicateurs disponibles. Dès lors, la fixation d'une valeur de référence n'implique pas un engagement de l'Eurosystème à corriger de façon mécaniste des écarts entre la croissance monétaire et la valeur de référence. Au contraire, les évolutions monétaires sont analysées de manière approfondie par rapport à la valeur de référence afin de déterminer leur incidence sur les perspectives en matière de stabilité des prix sur le moyen terme.

Si cette analyse permet d'identifier des menaces pour la stabilité des prix, la politique monétaire réagit de manière appropriée pour faire face à ces menaces. Par conséquent, bien que des écarts importants ou persistants de la croissance monétaire par rapport à la valeur de référence indiquent, dans des circonstances normales, des risques pour la stabilité des prix, il n'existe aucune relation automatique entre les écarts à court terme de la croissance de M3 par rapport à la valeur de référence et les décisions de politique monétaire.

Le Conseil des gouverneurs continuera de procéder à des analyses régulières et approfondies des évolutions monétaires en fonction de la valeur de référence et expliquera au public l'incidence de ces analyses sur les décisions de politique monétaire. Dans ce contexte, la confirmation de la valeur de référence implique la poursuite de la stratégie de politique monétaire mise en œuvre précédemment, ne requérant aucun réexamen par le Conseil des gouverneurs de l'orientation actuelle de la politique monétaire.

Contacts médias