Mémorial sur le site de la Großmarkthalle

Les années 1941 à 1945 ont été une période sombre dans l’histoire de la Großmarkthalle. Le sous-sol de son aile est fut en effet utilisé comme zone de regroupement de juifs avant leur déportation. Plus de 10 000 membres de la communauté juive de Francfort y ont été forcés à monter dans des trains à destination des camps de concentration.Galerie photos

Dès 2001, la BCE et la communauté juive de Francfort avaient décidé de lancer un concours international pour la conception d’un mémorial. La Ville de Francfort-sur-le-Main a organisé ce concours entre 2009 et 2011, en étroite coopération avec les représentants de cette communauté et la BCE. Le projet gagnant, élaboré par le bureau d’architectes KatzKaiser, s’appuie sur des fragments historiques encore disponibles et crée un récit symbolisant la complexité des déportations sans détourner l’attention du site en soi. Cela vaut pour le processus bureaucratique ayant sous-tendu le crime comme pour le crime lui-même, à savoir la déportation.

Sentier, poste d’aiguillage et rails de chemin de fer accessibles au public

La partie du mémorial accessible au public se trouve du côté est de la Großmarkthalle, où un sentier a été aménagé pour les piétons et les cyclistes entre le quartier de l’Ostend et le Main. Ce nouveau sentier public ainsi que les anciens rails et le poste d’aiguillage qui se trouvent à proximité appellent à se souvenir de la déportation des femmes, des hommes et des enfants juifs. Une passerelle a également été conservée, depuis laquelle des proches disaient adieu aux êtres aimés ou des passants regardaient par pure curiosité.

La rampe et le sous-sol sur le site de la BCE

Une rampe en béton inclinée relie l’extrémité est du site au sous-sol de la Großmarkthalle, marquant l’ancien accès à celui-ci et interrompant le paysage. Elle est bordée de deux murs en béton. Un panneau en verre placé à la limite du site permet de regarder en contre-bas l’accès au sous-sol et de s’imprégner des « profondeurs de l’histoire ». Le sous-sol ayant abrité les futurs déportés a été largement conservé dans son état originel afin de faire partie intégrante du mémorial. Les différentes salles du mémorial présentent des témoignages gravés des victimes et d’observateurs donnant aux visiteurs et aux passants plusieurs perspectives des déportations. L’objectif est que ces informations parviennent à des badauds au hasard d’une promenade le long de la « ceinture verte », plutôt qu’à l’occasion d’une visite planifiée du mémorial.